Pierre-Yves CHICOT a écrit...

Jean Cocteau disait que l’écriture est un acte d’amour. Si ce n’est point le cas, ce n’est qu’écriture.

 

Ceux qui choisissent la voie de l’écriture vraie, sont des adeptes de l’amour, qui est vraisemblablement la plus belle création divine.

 

L’écriture peut apparaître de prime abord comme une posture égoïste où le créateur est face à sa page blanche qu’il va noircir de caractères sur le sujet qu’il aura choisi.

 

Cette posture prétendument égoïste est bien fugace, car en écrivant, le créateur travaille à être lu par un public choisi ou par le plus grand nombre.

 

C’est donc en tournant le regard résolument vers l’autre que l’écrivain pratique allègrement sa démarche d’altérité.

 

Cette première œuvre littéraire de Danielle Jerpan Monpierre mérite d’être saluée au moins à un double titre :

 

    - Celui qui vient d’être évoqué : le rapport entretenu entre l’écriture et l’amour, facteur de grande altérité.

        - Mais aussi, le choix du thème relatif à l’acte d’élever l’autre par l’enseignement.

 

L’altérité agit donc deux fois dans la création littéraire de Danielle.

 

Etant donné, que les graines semées par le livre sont chargées d’énergies positives, on ne peut qu’être convaincue que : « Profession prof : vingt ans et plus dans la fosse aux lions » connaîtra le succès qu’il mérite.

 

Pour ma part, je lui souhaite du fond du cœur un destin prospère !

Écrire commentaire

Commentaires: 0